À contre-courant – Novembre 2017

Novembre est derrière nous, et comme vous le savez sûrement, chez VendrediLecture, on aime bien être à part. Raison pour laquelle la rubrique « à contre-courant » est née. Oubliez les best-sellers, les chouchous des vitrines des libraires. Nous vous proposons de vous pencher sur des titres mal connus, peu ou pas présents dans les médias ou sur les réseaux. Parce que parmi ces laissés-pour-compte se cachent des pépites ignorées, mais aussi d’anciens succès de librairies. Voici notre petite sélection pour le mois de Novembre. 

 

 

 

 

 

  • Le faucon maltais de Dashiel Hammett: Quelle est cette mystérieuse statuette noire qui attise tant les convoitises ? Pourquoi certains sont-ils prêts à risquer leur vie pour la posséder ? Lorsque Miles Archer, son associé, est tué lors de ce qui ne devait être qu’une banale filature, le privé Sam Spade reprend l’enquête. Il n’a aucune idée de ce dans quoi il vient de mettre les pieds ! Il lui faudra tout son flegme et une bonne dose de cynisme pour résister aux femmes fatales, à la police et aux gangsters de tous poils qui aimeraient bien mettre un terme à sa carrière et l’empêcher de retrouver le faucon maltais…

 

  • La singulière tristesse du gâteau au citron d’Aimée Bender: Le jour de ses 9 ans, Rose mord avec délice dans son gâteau d’anniversaire. S’ensuit une incroyable révélation : elle ressent précisément le mal-être éprouvé par sa mère en le préparant. Car, dans sa famille, chacun dispose d’un pouvoir unique, qu’il doit taire ; pour ces super-héros du quotidien, ce don est un fardeau. Comment supporter le monde quand la moindre bouchée provoque un séisme intérieur ?

 

  • Les pleureuses de Katie Kitamura: La narratrice est séparée de son mari, Christopher, depuis  six mois mais personne ne le sait. Quand sa belle-mère  l’appelle pour lui dire qu’il a disparu, elle accepte de partir à  sa recherche dans le Péloponnèse. Elle s’installe dans l’hôtel  où il a été vu pour la dernière fois, et les jours passent sans  que Christopher réapparaisse…
    Dans cette campagne grecque ravagée par les incendies, la  jeune femme retrace l’histoire de leur relation et interroge  sa propre responsabilité dans l’échec de leur mariage.

 

  • Le joueur de baccara d’Alexandre Echkenazi: Cannes, janvier 1952. Scène de course-poursuite. Impact. Un homme à l’accent slave et au regard d’acier braque son arme sur la tempe d’un journaliste anglais qui le traque depuis des années et porte le nom de Ian Fleming. 
    Londres, dix ans plus tôt. Ian Fleming, jeune héritier sans vocation, est embauché au service de renseignements de la Navy. Il tient là l’occasion de devenir un vrai héros et de briller aux yeux de la belle Ann O’Neill. Mais en fait de missions excitantes, Ian est assigné derrière un bureau à des tâches administratives. L’humiliation est d’autant plus cuisante qu’Ann semble être convoitée par un énigmatique ressortissant yougoslave… aussi beau et sûr de lui que Ian est gauche et hésitant, et se présentant comme un riche homme d’affaires. 
    Est-il vraiment ce qu’il prétend être ? Quelle est la véritable raison de sa présence dans la capitale anglaise en plein Blitzkrieg ? L’imagination de Ian s’emballe et il se lance dans une enquête sans relâche sur cet homme mystérieux. Une enquête qui tourne à l’obsession et risque de compromettre la plus vaste opération d’espionnage britannique de la Seconde Guerre mondiale… 
    De Londres à New York en passant par Lisbonne, Belgrade, Dubrovnik, la Jamaïque et la France, Le Joueur de baccara est le roman vrai de la naissance de James Bond, ou la rencontre entre un futur écrivain, Ian Fleming, créateur du personnage de 007, et son modèle, Dusko Popov, considéré comme l’un des plus grands espions de tous les temps. 

 

  • La rédemption de Tessa de Sylvain Desvaux: Oubliez les vampires romantiques, invincibles et végétariens, propriétaires de somptueuses maisons victoriennes ! Oubliez le dandy de la nuit aux canines pointues, à la cape de velours et à l’âme tourmentée ! Découvrez maintenant les soiffards qui s’assument en tant que monstres, hantent les caves des HLM, ne respectent aucun code moral, et font de la mort un jeu. Leurs rêves les hantent à tout jamais. Ils ont bradé leur âme contre la vie éternelle et l’horreur du quotidien. Découvrez Tessa, une fille de la nuit, qui hésite encore à jeter son humanité aux orties. Mais, à la fin de l’histoire, posez-vous une question : le monstre est-il bien celui qui le paraît ?

 

  • Le signe du diable de Thomas Laurent: Morgane, sur le point d’être brûlée vive pour sorcellerie, doit sa survie au baron Philippe de Hurlebosque. Celui-ci lui propose un marché : il la protégera de l’Église, à condition qu’elle use de sa sorcellerie pour le délivrer d’une sombre malédiction. Un Inquisiteur à ses trousses, la jeune femme se retrouve plongée dans un complot machiavélique. Elle est loin d’imaginer que le baron se joue d’elle, et poursuit en réalité d’autres desseins…

 

  • Nos premiers jours de Jane Smiley: Publiée chez Rivages depuis son premier roman, Jane Smiley fait son retour avec une saga superbe, nommée dans la prestigieuse liste du National Book Award et présente plusieurs mois dans la liste des best-sellers du New York Times. Smiley compose un roman émouvant et fascinant qui suit la famille Langdon sur une trentaine d’années, et raconte l’Amérique à travers les destinées intimes. 

 

  • Sénéchal de Grégory Da Rosa: Lysimaque, la Ville aux Fleurs, fière capitale du royaume de Méronne, est encerclée et menacée par une mystérieuse armée. Et pour le sénéchal Philippe Gardeval, ce n’est que le début des ennuis. Suite à l’empoisonnement d’un dignitaire de la cité, il découvre que l’ennemi est déjà infiltré au sein de la cour, dans leurs propres rangs ! Sous quels traits se cache le félon ? Parmi les puissants, les ambitieux et les adversaires politiques ne manquent pas ; le sénéchal devra alors faire preuve d’ingéniosité pour défendre la ville et sa vie dans ce contexte étouffant d’intrigues de palais.

 

  • La tête de l’emploi de David Foenkinos: A cinquante ans, Bernard est un homme comblé, menant une vie tranquille qu’il pense devoir durer toujours. Evidemment rien ne se passe comme prévu, et son monde s’écroule. l faut croire que les revers appellent d’autres revers. Délaissé par tous, le voilà contraint à retrouver sa chambre d’adolescent chez ses parents qui se seraient bien passés, eux, de son retour. Peut-il recommencer sa vie quand chacun voit en lui un homme fini ? Notre Bernard va trouver d’innombrables ressources pour affronter les épreuves et autres absurdités d’un monde en crise dans lequel il n’a plus de repères. Il y a toujours une seconde chance cachée quelque part.

 

  • Les puissants T1: Esclaves de Vic James: Dans le jeu du pouvoir, chacun risque sa vie. Dans une Angleterre alternative, chacun doit donner 10 ans de sa vie en esclavage. Seuls quelques privilégiés, les Égaux, riches aristocrates aux pouvoirs surnaturels, restent libres et gouvernent le pays. Abi, 18 ans, et son frère Luke, 16 ans, voient leur destin bouleversé quand leurs parents décident de partir tous ensemble accomplir leurs jours d’esclavage. Abi devient domestique au service de la puissante famille Jardine. Le somptueux décor dans lequel elle évolue dissimule en réalité de terribles dangers, car chez les Égaux, les luttes de pouvoir sont sans pitié. Et lorsqu’elle tombe amoureuse d’un de ses maîtres, c’est sa vie même qui est en péril…Luke, quant à lui, a été exilé dans la ville industrielle de Millmoor. Dans un environnement brutal et pollué, il s’épuise à la tâche. Cependant, d’autres, comme lui, partagent ses idéaux de liberté. Il découvre alors qu’il existe un pouvoir bien plus grand que la magie : la rébellion.

 

 

En connaissez-vous quelques-uns?  Allez-vous en découvrir d’autres?

Mais quel que soit votre choix, nous vous souhaitons de belles lectures! 

Laisser un commentaire