À contre-courant – Octobre 2017

Octobre est terminé et nous voici de retour pour notre nouveau rendez-vous, nos suggestions à contre-courant des lectures phares du moment.

 

 

 

 

Parmi des centaines et des centaines de titres, voici les conseils lecture de l’équipe.

Et pour commencer, les recommandations de Nathalie:

 

  • L’Italien ou le confessionnal des pénitents noirs , Ann Radcliffe

Si vous aimez le roman gothique authentique (avec ses défauts et ses qualités). vous aimerez. J’ai moi-même beaucoup apprécié ma lecture, d’autant que les rebondissements rebondissent jusqu’au dernier rebond avec beaucoup d’inventivité. C’est très distrayant, on se demande toujours ce que Radcliffe va bien pouvoir inventer.

 

  • Faillir être flingué, Céline Minard

Un roman à la lecture très agréable ! C’est un western dans les règles du genre, avec cow-boys, flingues, saloon, Indiens, chevaux et tous les accessoires.

Le roman raconte comment des humains venus de partout et de nulle part s’assemblent pour contribuer à créer quelque chose, où chaque personnalité compte en s’intégrant dans un ensemble. Malgré les bagarres entre ces hommes un peu frustres, c’est bien une ville qui va réussir à surgir.

 

Voici maintenant les conseils de Maëlle:

  • L’oeuf de dragon de George R.R. Martin

 Intrigues et complots n’ont pas attendu la rébellion de Robert Barathéon pour toucher Westeros. En attendant la suite, approfondissez votre connaissance de l’histoire et de l’univers de la saga aux côtés de Dunk et Egg. Pour une meilleure compréhension, faites précéder cette lecture par celle du « Chevalier errant » et de « L’épée lige ».

 

Anne-Lise, elle, vous recommande:

  • Le quatrième Mur, Sorj Chalandon

“Cette fois, il ne s’agissait pas de réciter trois répliques de théâtre dans une Maison des Jeunes, mais de s’élever contre une guerre générale.”

Le quatrième mur, c’est la volonté d’apporter une trêve poétique à Beyrouth au Liban, en proie à une guerre civile violente. Réunir, le temps d’une pièce de théâtre, Antigone, les acteurs de différents camps avec l’espoir inouï d’apporter la paix. Mais est-ce vraiment possible?

 

Sylvie, la québécoise de l’équipe, vous suggère:

 

  • Kinderzimmer, Valentine Goby

Refermer Kinderzimmer de Valentine Goby et se dire: Je n’aime pas.

Je n’aime pas l’horreur que décrivent les mots de l’auteur malgré leur prudente et délicate retenue.

Je n’aime pas les images que ces mots ont imprimées dans mon cerveau.

Je n’aime pas constater l’accélération de mon rythme cardiaque à la lecture de ces mots.

Je n’aime pas la larme au coin de l’oeil venue par ces mots.

Et pourtant

J’aime ces femmes. J’aime leur histoire.

J’aime leur courage révélé, leur volonté, leur force d’âme quand la force physique n’existe plus.

J’aime leur solidité malgré leur anéantissement, leur solidarité malgré l’adversité. Leur héroïsme, oui j’aime.

Et surtout

Je ne veux pas oublier ces femmes. Je veux continuer de porter leur mémoire parce que c’est aussi la mienne. Je veux aussi retenir leur histoire parce qu’elle demeure, malgré l’horreur ou l’héroïsme encore tellement trop contemporaine.

Merci Valentine Goby.

 

  • Les impliqués, Zygmunt Miloszewski

J’ai rencontré le procureur Théodore Szacki avec  » Un fond de vérité » et je l’ai adopté. Lui et sa Pologne moderne et pas tant…

Alors, j’ai eu envie de lire le premier opus de cette trilogie avec Théo Szacki « Les impliqués« .

Aucun regret. Que du contentement.

On retrouve notre procureur, trentenaire , insatisfait de sa vie tout autant personnelle que professionnelle. Il a l’impression de tourner en rond au bureau et à la maison. On le retrouve donc à Varsovie, « capitale de tous les crimes » dit-il. Pour le sortir de sa torpeur métaphysique, un meurtre commis lors d’une thérapie de groupe , en retraite fermée.

Bon déjà que pour moi les thérapies de groupe….mais là, je me suis laissée prendre au jeu.

Pourtant, durant presque les 300 premières pages, l’enquête piétine, il ne se passe rien et pourtant!

Pourtant, je n’ai pu lâcher cette lecture. Au contraire, tout se met en place, le jeu est étudié, les cartes tomberont.

Notre Théo est attachant malgré ses écarts, ses impatiences, ses questionnements et ses déchirements. On le sent « honnête », franc, même envers lui-même et ses travers.

Ce jeune auteur, 41 ans, décrit plus que correctement les sentiments humains et il sait nous séduire en nous parlant de la Pologne et des Polonais. Il s’exprime sur la Pologne d’aujourd’hui mais aussi sur la Pologne totalitaire d’avant 1989 dont le fantôme rôde toujours semble-t-il.

Le rythme de la narration, varié, adoucit certaines longueurs du récit. Intéressant l’idée de la page de ce qui se passe ce jour-là en Pologne et ailleurs en début de chapitre. Oui un plus.

Il va s’en dire que je n’hésiterai pas à en finir avec Théodore Szacki dans le dernier tome « La Rage« .

Les impliqués est un roman qui s’adresse à l’intelligence du lecteur, un récit habile dans un contexte trouble entre lourd passé et jeune modernité.

 

Depuis la Bretagne, Martine vous invite à découvrir:

 

  • Positif de Camille Gentron

Autobiographie à travers laquelle l’auteur raconte la découverte de sa séropositivité, l’annonce de la terrible nouvelle à ses proches, à sa famille, les soutiens, les visites médicales, sa vie avec son amoureux, sa vie avec le VIH.

 

  • The Walking Dead T1: Passé décomposé de Robert Kirkman, Charlie Adlard et Tony Moore

le numéro un d’une longue série littéraire bien gore, bien zombie qui ravira les fans du genre, au format BD mais aussi en série télévisée

 

Enfin, voici les conseils d’Alfie:

 

  • Léon et Louise, Alex Capus

Très belle histoire d’amour, loin des niaiseries qui peuvent sortir, Léon et Louise se dévore, se savoure, et on rêve de croiser la mystérieuse Louise sur son vélo au coin d’une rue !

 

  • Les ignorants, Etienne Davodeau (BD)

Les Ignorants raconte une rencontre entre deux passionnés et permet au lecteur de s’immerger dans deux mondes radicalement différents qui se rejoignent par la passion que met chacun des intervenants à produire quelque chose. Le lecteur n’est pas en reste car il boit les paroles de ces deux personnes comme du petit lait.

 

 

 

Vous connaissez certains de ces titres? Nos membres ont réussi à vous donner envie de les découvrir? Alors notre pari est réussi! 

 

Bonnes lectures!

 

 

 

2 réflexions au sujet de « À contre-courant – Octobre 2017 »

Laisser un commentaire