La pêche aux titres de l’équipe – Octobre 2019

Bonjour à tous, le mois d’octobre touche à sa fin, nous allons donc faire le point sur les lectures de l’équipe ainsi que sur les sélections que nous avons fait ce mois-ci.

N’oubliez pas le club de lecture de novembre est consacré aux héroïnes badass c’est à dire celles qui sont fortes, indépendantes, libres, résistantes. Pour plus d’information je vous laisse consulter l’article qui y est consacré.

Les lectures de l’équipe

  • Ida Brand de Herman Bang
  • Les portes de la maison des morts de Steven Erikson
  • Autant en emporte le vent de Margaret Mitchell
  • Le chardonneret de Dana Tartt
  • Attaque magique d’Ilona Andrews
  • Le fossé d’Herman Koch
  • Fruit basket T7 de Natsuki Takaya
  • Le livre des martyrs T2 Les portes de la maison des morts de Steven Erikson
  • Minuit 2 de Stephen King
  • Murène de Valentine Goby
  • Ellana la prophétie de Pierre Bottero
  • Un cauchemar de feu de Nicolas Lebel
  • Femme qui court de Gérard de Cortanze
  • La ferme des animaux de George Orwell
  • Opus 77 d’Alexis Ragougneau
  • Des larmes sous la pluie de Rosa Montero
  • 1793 de Niklas och Dag
  • Tu comprendras quand tu seras plus grande de Virginie Grimaldi
  • L’appel de Fanny Wallendorf
  • Am stram gram de M.J. Arlidge
  • Edmond de Léonard Chemineau
  • La guerre après la dernière guerre de Benedek Totth
  • Par deux fois tu mourras d’Éric Fouassier
  • L’assassin des ruines de Cay Rademacher
  • La tempête apaisée de Maria Borrély

La pêche aux titres de l’équipe

Twitter

Facebook

Instagram

Voir cette publication sur Instagram

Tout quitter de @anaisvanelanaisvanel @flammarionlivres 🌊 accompagné du carcadet passion Framboise de chez @dammannfreres_officiel Dès que j’ai vu le titre et la couverture du livre j’ai tout de suite su que j’allais aimer ce livre. Il fait écho à ce que je ressens depuis longtemps déjà. Qui n’a jamais rêvé de partir loin et de tout laisser derrière lui ? Personnellement j’ai toujours voulu vivre en bord de mer 🌊. Un jour viendra, je partirai pour vivre mon rêve. J’y ai vécu 8 mois, et je ne saurais d’écrire le bonheur que ça m’a fait. De pouvoir faire des balades en bord de mer, écouter les vagues, sentir les rayons du soleil sur son corps… Pour revenir au livre, Anaïs Vanel a une écriture toute douce qui m’a transporté en bord de mer, sur une planche de surf… Je recommande fortement ce livre feel good qui se lit très rapidement, peut être même trop vite 💗 J’ai décidé d’accompagner ce livre avec le carcadet passion Framboise. Un carcadet fort en odeur et en goût : un vrai délice, une petite douceur gourmande 🍓

Une publication partagée par Livre en thé (@livreenthe) le

Voir cette publication sur Instagram

🌿La lecture du moment 🌱 Pour ce #vendredilecture je mets en haut de la pile un ouvrage reçu tout récemment. L’auteure sera à la Fête du livre de Saint-Étienne dans une semaine et j’aimerais avoir lu son roman avant d’espérer la rencontrer 👌 J’ai d’autres romans à lire d’ici là, pour les mêmes raisons, je sens que je vais manquer de temps mais je vais faire du mieux possible 🤗 Je pense passer en mode lecture intense ces prochains jours 📖 ▫️ C’est quoi le programme livresque par chez vous ce week-end ? ▫️ Voici le résumé de l’éditeur de celui-ci : 1584, en Provence. L’abbaye de Notre-Dame du Loup est un havre de paix pour la petite communauté de bénédictines qui y mène une existence vouée à Dieu et à soulager les douleurs de Ses enfants. Ces religieuses doivent leur indépendance inhabituelle à la faveur d’un roi, et leur autonomie au don de leur doyenne, soeur Clémence, une herboriste dont certaines préparations de simples sont prisées jusqu’à la Cour. Le nouvel évêque de Vence, Jean de Solines, compte s’accaparer cette manne financière. Il dépêche deux vicaires dévoués, dont le jeune et sensible Léon, pour inspecter l’abbaye. À charge pour eux d’y trouver matière à scandale ou, à défaut… d’en provoquer un. Mais l’évêque, vite dépassé par ses propres intrigues, va allumer un brasier dont il est loin d’imaginer l’ampleur. Il aurait dû savoir que, lorsqu’on lui entrouvre la porte, le diable se sent partout chez lui. Évêque, abbesse, soigneuse, rebouteuse, seigneur ou souillon, chacun garde une petite part au Malin. Et personne, personne n’est jamais aussi simple qu’il y paraît. ▫️ ▫️▫️▫️▫️▫️▫️▫️▫️▫️▫️▫️ . @villedesaintetienne #livre #lecture #books #bookstagram #plants #plantes #plantesmedicinales #simples #lecture #bibliophile #bookaholic #instaread #bookaddict #bookoftheday #livres #campagne #cocooning #detente #kitap #livros #libros #livesimply #livrestagram #instalecture #instalivre #blog #hauteloire #auvergnerhonealpes

Une publication partagée par Clarine (@clarine_bouquine) le

Voir cette publication sur Instagram

VENDREDI LECTURE 📚 . . Aujourd’hui, en Bolivie, c’est la journée nationale de la femme : cette journée a été mise en place en hommage à Adèle Zamudio, une écrivaine née le 11 octobre 1854, qui dénonçait la société patriarcale de son époque. . . Vous assimilez uniquement la Bolivie aux lamas, à l’Altiplano et aux cholitas ? Brisez les murs et les clichés ! On vous conseille alors de lire « les Boliviens » dans notre collection « Lignes de vie d’un peuple » qui vous fera découvrir, au-delà du mythe, ce qu’est le peuple Bolivien, discret, apaisé, mais toujours rebelle. . . #ateliershenrydougier #maisondedition #Bolivie #peuple #lignesdeviedunpeuple #livre #bookstagram #vendredilecture #ameriquedusud #voyage #airfrance #airlines #decouverte #lire

Une publication partagée par Ateliers Henry Dougier (@ateliershenrydougier) le

Voir cette publication sur Instagram

Maryse Condé, « Ce que les pères ont dit aux fils » 🌿 ••• Le titre même est un piège, qui annonce une traversée tranquille : « On ne traverse pas la mangrove. On s’empale sur les racines des palétuviers. On s’enterre et on étouffe dans la boue saumâtre ». C’est peut-être ce qui est arrivé à Francis Sancher, retrouvé mort dans la mangrove, lui qui a tant déchaîné les passions dans la communauté de Rivière au Sel. • La traversée de la Mangrove se présente comme une chronique, pleine d’ironies et de malice, autour de cette mort mystérieuse. Fondée « sur les souvenirs gardés au creux des mémoires, au creux des coeurs », l’histoire se déploie par la symphonie des voix qui se succèdent. Tout en raillant la médisance et les rumeurs qui se passent de bouche en bouche, dans ce petit village guadeloupéen, Maryse Condé entraîne son lecteur dans les eaux troubles et incertaines des mensonges : d’où venait le mystérieux Francis Sancher ? « N’était-il pas un envoyé, le messager de quelque force surnaturelle ? » Et s’il était venu pour qu’ensemble, on raconte sa mort ? • La traversée de la mangrove est un livre à la construction remarquable, d’une grande richesse linguistique (le texte foisonne de termes créoles). C’est un très beau roman sur l’exclusion, la solitude, l’incapacité à partager ; c’est un roman qui parie sur les pouvoirs du récit, sur la possibilité d’un récit commun qui n’écraserait pas les voix singulières. ••• #marysecondé #litterature #litteraturefrancaise #litteraturefrancophone #guadeloupe #traverseedelamangrove #book #livre #instabook #instalivre #vendredilecture

Une publication partagée par Un journal de lecture (@unjournaldelecture) le

Et vous avez-vous allongé votre PAL ce mois-ci ?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.