Vos lectures – 12 Janvier 2018 – Et si on lisait Manesh?

Bonsoir!

 

Vendredi dernier, bien malgré nous, nous n’avions pas de partenariat à vous proposer. C’était l’occasion de nous retrouver, juste vous et nous, et de partager et échanger à tout va! D’ailleurs, cela ne vous a pas empêché d’être nombreux, puisque nous avons recensé 2013 participations.

Cette semaine encore, de nombreux titres se démarquent des autres par leur nombre de lecteurs. C’est ainsi que certains découvraient le tout nouvel hebdomadaire Ebdo. Le dernier roman de Pierre Lemaître, Couleurs de l’incendie, rassemblaient lui aussi beaucoup de monde. Enfin, actualité oblige, la tribune dans Libération de Leïla Slimani, Un porc, tu nais? fait également partie de ces textes souvent cités. 

 

 

 

 

 

 

Envie de découvrir des textes moins connus? Alors voici notre sélection à contre courant de la semaine:

  • Quelques grammes de silence d’Erling Kagge: « S’abstraire du monde ne veut pas dire tourner le dos à ce qui nous entoure, au contraire : c’est voir le monde avec davantage d’acuité, garder le cap et apprécier la vie. » 
    Dans ce récit intime et militant, Erling Kagge, aventurier des temps modernes, nous montre qu’il suffit parfois de quelques grammes de silence pour trouver son chemin dans le vacarme du monde.
  • Les égarés de Lori Lansens: Cinq jours, quatre randonneurs, trois survivants…
    Le jour de son dix-huitième anniversaire, Wolf entreprend l’ascension de la montagne surplombant Palm Springs, avec en tête le projet de se jeter dans le vide. En chemin, il rencontre trois femmes : Nola, qui a décidé de souligner son anniversaire de mariage malgré le décès de son mari, Bridget, qui s’entraîne pour un triathlon, et Vonn, en pleine crise d’adolescence. Ces trois âmes brisées lui sauveront la vie chacune à leur manière.
    Une série de maladresses les précipitera au milieu des bois. Égarés, ils devront faire des sacrifices, surmonter l’angoisse et l’affolement, affronter la faim, le froid, mais aussi les véritables raisons qui ont guidé leurs pas jusqu’au coeur de cette montagne.
    Célèbre pour la richesse de ses portraits et la poignante humanité de ses personnages, l’auteure des Filles use ici avec un doigté remarquable des mécanismes du suspense pour infliger à ce quatuor mal assorti le plus cruel des procès : celui où l’on est à la fois juge et accusé.
  • Les Sentiers des Astres T1: Manesh de Stefan Platteau: Quelque part dans la nordique forêt du Vyanthryr, les gabarres du capitaine Rana remontent le fleuve vers les sources sacrées où réside le Roi-diseur, l’oracle dont le savoir pourrait inverser le cours de la guerre civile. À bord, une poignée de guerriers prêts à tout pour sauver leur patrie. Mais qui, parmi eux, connaît vraiment le dessein du capitaine ? Même le Barde, son homme de confiance, n’a pas exploré tous les replis de son âme. Et lorsque les bateliers recueillent un moribond qui dérive au fil de l’eau, à des milles et des milles de toute civilisation, de nouvelles questions surgissent. Qui est Le Bâtard ? Que faisait-il dans la forêt ? Est-il un danger potentiel, ou au contraire le formidable allié qui pourrait sauver l’expédition de l’anéantissement pur et simple ?
    Un huis-clos humaniste et un peu cruel, une histoire sans héros, quelque part entre Robin Hobb et Robert Holdstock. Avec le premier tome de cette série, par un auteur belge, une voix majeure de la fantasy est née.

 

Et si ces quelques suggestions ne vous satisfont pas, alors plongez dans notre récapitulatif de la semaine

Pensez à vérifier que vous ne faites pas partie de nos derniers gagnants

Bonne soirée, et bonnes lectures! 

Laisser un commentaire