Calendrier de l’aVendrediLecture, jour #19

Le cadeau du jour vous est offert par Sylvie.

Parce que nous aimons lire les livres, voici un extrait d’une intervention de Jorge Luis Borges lors d’une conférence de 1978.

Le livre comme mythe

Que sont les mots couchés dans un livre ? Que sont ces symboles morts ? Absolument rien. Qu’est-ce qu’un livre si nous ne l’ouvrons pas ? Un simple cube de papier et de cuir, avec des feuilles ; mais si nous le lisons il se passe quelque chose d’étrange, je crois qu’il change à chaque fois. […] Chaque fois que nous lisons un livre, le livre a changé, la connotation des mots est autre. En outre, les livres sont chargés de passé. […] Quand nous lisons un vieil ouvrage c’est comme si nous parcourions tout le temps qui a passé entre le moment où il a été écrit et nous-mêmes. C’est pourquoi il convient de maintenir le culte du livre. Un livre peut être plein d’errata, nous pouvons ne pas être d’accord avec les opinions de son auteur, il garde pourtant quelque chose de sacré, de divin, non qu’on le respecte par superstition mais bien dans le désir d’y puiser du bonheur, d’y puiser de la sagesse.

mm

Jorge Luis Borges

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.