[Edit gagnants] Partenariat – 28 septembre 2018 – Rentrée littéraire #5 – Calmann-Lévy et Denoël

Demain, c’est le dernier vendredi de septembre et donc de la rentrée littéraire ! Donc pas un, mais deux partenaires pour fêter ça, les éditions Calmann-Lévy et les éditions Denoël !

Les éditions Calmann-Lévy vous offrent deux romans de leur rentrée littéraire.

5 exemplaires à remporter

Le prince à la petite tasse, Émilie de Turkheim

Un jour, j’ai dit : « Ils sont des milliers à dormir dehors. Quelqu’un pourrait habiter chez nous, peut-être ? » Et Fabrice a dit : « Oui, il faudra juste acheter un lit. » Et notre fils Marius a dit : « Faudra apprendre sa langue avant qu’il arrive. » Et son petit frère Noé a ajouté : « Faudra surtout lui apprendre à jouer aux cartes, parce qu’on adore jouer aux cartes, nous ! » Pendant neuf mois, Émilie, Fabrice et leurs deux enfants ont accueilli dans leur appartement parisien Reza, un jeune Afghan qui a fui son pays en guerre à l’âge de douze ans. Ce journal lumineux retrace la formidable aventure de ces mois passés à se découvrir et à retrouver ce qu’on avait égaré en chemin : l’espoir et la fraternité.

5 exemplaires à remporter

Sergent Papa, Marc Citti

Si encore je t’avais abandonné  pour parcourir le monde ou pour plonger  dans l’ivresse d’une trépidante vie d’artiste,  peut-être aurais-tu pu me fantasmer  en père aventurier absorbé  par des voyages extraordinaires,  mais non, j’ai toujours été là,  à quelques encablures de ta chambre  d’enfant, et pourtant si éloigné.Comédien à la carrière essoufflée,  Mathieu tente de renouer avec son fils Antoine,  musicien prodigieux. Au rythme des tâtonnements  de ce père absent se  découvrent la tendresse  prudente et la violence sourde des sentiments.

Retrouvez les actualités des éditions Calmann-Lévy sur leur site, Twitter, Instagram et Facebook.

∼∼∼

Les éditions Denoël vous offrent trois romans de leur rentrée littéraire.

2 exemplaires à remporter

Le roman de Jeanne, Lidia Yuknavitch

Le monde s’est autodétruit. De la terre, il ne reste qu’une planète brûlée par le soleil et par les guerres. Quelques milliers de survivants habitent une sorte de vaisseau spatial appelé CIEL. Leurs corps se sont transformés, ils sont devenus albinos et ne peuvent pas se reproduire. À l’âge de 50 ans, ils doivent mourir. Christine Pizan vient de fêter ses 49 ans. Elle est artiste et grave sur les corps des textes. C’est une rebelle qui adule le souvenir d’une héroïne, Jeanne, prétendument morte sur le bûcher. Car ces survivants vivent sous le joug dictatorial du sanguinaire Jean de Men. Le meilleur ami de Christine, Trinculo, a été condamné à mort pour rébellion. Pour sauver son ami et renverser la dictature de Jean de Men, Christine doit retrouver Jeanne. Elles seules peuvent permettre à l’humanité de renaître.

Dans la droite ligne des romans dystopiques (Dans la forêt, Station Eleven), l’auteur dénonce le pouvoir, m’aveuglement, les religions, l’absurdité du monde moderne qui conduit l’humanité à sa perte. Cité dans la liste du New York Times des livres les plus marquants de 2017 et des livres à lire en 2017 du Huffington Post. La prestigieuse boîte de prod Stone Village Productions a acheté les droits cinématographiques du roman.

2 exemplaires à remporter

Oublier mon père, Manu Causse

Né en Aveyron dans les années 90, Alexandre a connu une enfance difficile. Fils unique d’une mère violente et tyrannique et d’un père disparu quand il avait huit ans, il développe troubles mentaux et physiques. Anorexique, migraineux, épileptique, il enchaîne les pathologies, s’efforçant d’oublier son père, pour se plier aux injonctions de sa mère. Sa vie d’adulte est tout aussi chaotique que son enfance. Au gré de relations amoureuses aussi destructrices que formatrices, Alexandre rencontre trois femmes symboliques : une à l’image de sa propre mère, une à l’image de la mère qu’il n’a jamais eue et une à son image. Toutes ces relations sont vouées à l’échec. Un jour, il reçoit un appel d’une inconnue : Johanna vit en Suède et lui annonce qu’elle a bien connu son père, qu’il a longtemps vécu en Suède et vient juste de mourir. Cet appel fait basculer la vie d’Alexandre. Il se rend en Suède et découvre que sa mère lui a menti toute sa vie : son père ne l’a pas abandonné, il a cherché à vivre pleinement. Alexandre renoue avec son père au-delà de la mort. De cette vérité qui éclate naît la guérison d’Alexandre. Après plus de trente ans à subir, il commence enfin à vivre.

2 exemplaires à remporter

Magnifica, Marie Rosaria Valentini

Années 50. Dans un petit village de l’Apennin central, en Italie. Eufrasia et Aniceto forment un couple sans amour. Ils ont deux enfants, Ada Maria et Pietrino. Eufrasia se consume dans le malheur causé par l’absence d’un mari qui passe son temps à la chasse ou avec sa maîtresse, Teresina. Elle meurt prématurément. La jeune Ada Maria s’occupe alors de son frère et de la maison en s’efforçant d’ignorer Teresina. Dans ce quotidien en dehors du temps, rythmé par la couleur des frondaisons, la succession des naissances et des deuils, l’Histoire fait un jour irruption. Dans la Faggeta, un bois avoisinant le village, Ada Maria aperçoit un jour une ombre. Nous sommes en 1956 et cette ombre est en réalité un ex-soldat allemand blessé et désorienté, qui n’a jamais quitté la cabane où il s’est réfugié à la fin de la guerre. Les deux âmes se rapprochent et s’aiment en secret. De cet amour naîtra une petite fille aux yeux clairs et à la peau diaphane : Magnifica. Une épopée féminine poétique rythmée par le cycle des saisons mais aussi les deuils, l’amour et les naissances.

Retrouvez les actualités des éditions Denoël sur leur site, Twitter, Instagram et Facebook.

Pour avoir une chance de remporter l’un de ces ouvrages, participez à #VendrediLecture sur TwitterFacebook ou Instagram. (LES COMMENTAIRES SOUS CET ARTICLE NE SONT PAS PRIS EN COMPTE !)

Tout est expliqué dans notre F.A.Q

****Edit gagnant tirage du 3 octobre ****

Bravo aux gagnants de cette semaine.

Le prince à la petite tasse, Émilie de Turkheim :

  • @SalolaDaeriss
  • @ Hide__Sunshine
  • @ IntrovertieV
  • @ bibYourcenar
  • @ couteronjp

Sergent Papa, Marc Citti :

  • @ RachidOuadah
  • @ AlManzor__
  • @ Pornbookxx
  • @ Tixup
  • @ alodycrea

Le roman de Jeanne, Lidia Yuknavitch :

  • @PayetLouis1
  • @mzelle_zazou

Oublier mon père, Manu Causse :

  • Singrid Philippe (FB)
  • @TeaSpoon5972

Magnifica, Marie Rosaria Valentini

  • @murmuresetmoi
  • @iledd

 

Envoyez vos coordonnées postales à cadeaux@vendredilecture.com avant mardi 9 Octobre et précisez le pseudo sous lequel vous avez été tiré au sort. Les lots non réclamés seront remis en jeu le 10 Octobre.

****Edit gagnants de la seconde chance, tirage du 10 octobre ****

Le roman de Jeanne, Lidia Yuknavitch :

  • @ClaireFayau

Magnifica, Marie Rosaria Valentini:

  • @FeatheryTrainer

Le prince à la petite tasse, Émilie de Turkheim:

  • @Pol_Etrangere
  • @UnRigodon
  • @HeatguyjNikita
  • @lapremierepage

Sergent Papa, Marc Citti:

  • Shie Castee
  • @GaultierBes
  • @AzcRosebud
  • @globule_0

Bravo à tous! Envoyez vos coordonnées postales ainsi que votre pseudo à cadeaux@vendredilecture.com avant le mardi 16 octobre 2018. Les lots non reclamés seront remis en jeu le 17 octobre.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.