VendrediLecture et l’écriture inclusive

L’écriture inclusive, voilà un sujet qui fait débat !

Sans doute avez-vous constaté que certains de nos posts sur Facebook, Instagram et Twitter utilisent cette graphie particulière. Et lors de la refonte de notre site et de la réécriture de ses pages, un effort a été fait dans le sens de l’écriture inclusive.

Plusieurs d’entre vous nous ont interpellé.e.s en ce sens pour diverses raisons.

Nous avons évoqué le sujet lors de notre dernière Assemblée générale. Voici donc en quelques points la position officielle de VendrediLecture vis-à-vis de l’écriture inclusive.

 

 

“VendrediLecture se veut le chantre de la littérature et de la défense de la langue.”

Non. L’objectif de VendrediLecture, c’est de rassembler les internautes dans des échanges autour des livres. Nous défendons tous les types de littérature et le droit de chacun.e à lire ce qu’iel veut. Et comme il n’existe pas de bonne ou de mauvaise littérature, il n’existe pas de bonne ou de mauvaise écriture.

 

“L’écriture inclusive est difficilement lisible pour les personnes souffrant d’un handicap visuel et utilisant un outil de lecture automatique.”

En effet, le tiret et le point médian complexifient la lecture. Mais l’écriture inclusive passe aussi des formulations aussi simples que “VendrediLecteurs et VendrediLectrices”, “Bonjour à toutes et à tous” ou encore “Quel auteur ou autrice vous emporte aujourd’hui ?”

 

“C’était plus clair quand vous n’utilisiez pas l’écriture inclusive.”

Vraiment ? L’équipe VendrediLecture se compose de 12 bénévoles et tou.te.s n’utilisent pas l’écriture inclusive. Certain.e.s le font par conviction personnelle et ont conscience de faire parfois des erreurs, car ce n’est pas simple de changer sa façon d’écrire après des décennies ! D’autres préfèrent éviter et passer par des formulations neutres. N’oubliez pas que nous sommes tou.te.s bénévoles, alors un peu d’indulgence pour ceux et celles qui se creusent la tête pour proposer des posts originaux chaque semaine !

 

“Pourquoi céder à la mode de l’écriture inclusive ?” 

Nous n’estimons pas qu’il s’agit d’une mode. Le français est une langue vivante et ne le restera que si elle évolue. Le dictionnaire intègre chaque année des mots qui couvrent des réalités nouvelles. L’écriture inclusive est également une évolution de la langue. Et c’est plutôt un chouette projet de vouloir représenter tout le monde, non ?

 

“Vous allez vraiment continuer à utiliser l’écriture inclusive ?”

Oui. Parce qu’au sein de l’équipe, le mot d’ordre est et a toujours été d’écrire comme nous le sentons, avec notre cœur et notre originalité. Nous continuerons d’avoir une démarche de bonne volonté sur le sujet, d’accepter de nous tromper et de nous corriger quand cela est nécessaire.