À table !!! – Paul Valéry, Edgar Degas et une histoire de carotte

Ces derniers mois, nous nous sommes plongés, gastronomiquement, dans ce qu’on pourrait appeler des classiques de la littérature : À la recherche du temps perdu de Marcel Proust, Charlie et la Chocolaterie de Roald Dahl ou encore Gargantua de Rabelais.

Mais profitons aussi de cette rubrique culino-littéraire pour vous faire découvrir de petites pépites qui auraient pu échapper à votre attention. Ainsi en va-t-il de l’extrait suivant :

Degas Dans Dessin - Paul Valéry

« Dans cet appartement du second étage se trouvait une salle à manger où j’ai dîné assez tristement bien des fois. Degas redoutait l’obstruction et l’inflammation intestinale. Le veau trop pur et le macaroni cuit à l’eau claire que nous servait la vieille Zoé, fort lentement, étaient d’une rigoureuse insipidité. Il fallait consommer ensuite une certaine marmelade d’oranges de Dundee que je ne pouvais souffrir, que j’ai fini par supporter, et que je crois que je ne déteste plus, à cause du souvenir. S’il m’arrive de goûter à présent à cette purée pénétrée de fibrilles couleur de carotte, je me retrouve assis en face d’un vieil homme affreusement solitaire, livré à de lugubres réflexions, privé, par l’état de sa vue, du travail qui fut toute sa vie. Il m’offre une cigarette, dure comme un crayon, que je roule entre mes paumes pour la rendre fumable ; et cette manœuvre, chaque fois, l’intéresse. Zoé apporte le café, elle appuie son gros ventre à la table, et cause. Elle parle fort bien ; il paraît qu’elle fut institutrice ; les énormes lunettes rondes qu’elle porte donnent un air assez savant à son visage large, honnête, et toujours sérieux. »

Voici donc l’évocation que Paul Valéry fait du grand Edgar Degas, le peintre des chevaux et des danseuses…. On n’est ni dans l’hommage, ni dans la biographie. Valéry écrit Degas, Danse, Dessin pour réfléchir à chacun de ces termes et rêve sur l’acte de danser, l’acte de dessiner et revient toujours à l’essentiel : l’art. Mais… Valéry est aussi connu pour sa mauvaise foi et ce mot de souvenir, que l’auteur a souligné, cette odeur un peu fade qui ramène brusquement en arrière le narrateur, fait écho au souvenir le plus célèbre de la littérature française : celui de la madeleine de Proust bien sûr ! Tante Léonie est devenue simplement devenue Zoé, la domestique de Degas. On sait bien que Valéry n’aimait guère Proust et avait déclaré n’avoir lu aucune ligne de la Recherche. Cet hommage en forme de pastiche nous invite pourtant à la relire.

Quelle recette a pu donc nous inspirer ce passage ? Le veau trop pur ? Le macaroni à l’eau ? La marmelade d’orange alors ? Rappelons que la madeleine est la première des recettes que nous vous avons données. Reste cette « purée couleur carotte »… qui doit accompagner le café…

Gâteau à la carotte

Gateau carotte 2

Ingredients

  • 175 g de sucre de canne
  • 175 ml d’huile neutre (colza, tournesol, etc.)
  • 3 œufs
  • 3 carottes râpées
  • 100 g de raisins secs
  • Le zeste d’une orange
  • 175 g de farine
  • 2 càc de levure chimique
  • 1 càc de bicarbonate de soude
  • 1 càc de cannelle
  • une grosse pincée de muscade
  • 90 g de sucre glace
  • 1 càs de jus d’orange

 

Préparation

Préchauffez le four à 180°

Préparez un moule carré ou rectangulaire en le tapissant de papier cuisson

Dans un saladier, mélangez le sucre de canne, les œufs et l’huile.
Ajoutez les carottes râpées, les raisins secs et le zeste d’oranges.
Touillez.

Dans un autre bol, mélangez la farine, la levure et le bicarbonate.
Incorporez la farine au mélange à la carotte.
Et amalgamez le tout.

Versez le tout dans le moule.
Et faites cuire 40-45 minutes.

Une fois le gâteau refroidi, préparez le glaçage.
Mélangez tout simplement le sucre glace avec la cuillère à soupe de jus d’orange. Le mélange va prendre une consistance bien pâteux.
Ensuite à l’aide d’une cuillère ou d’une fourchette, couvrez le gâteau en formant une sorte de quadrillage.
Si vous désirez quelque chose de vraiment très soignée, vous pouvez utiliser une poche à douille.

Et maintenant, il ne reste plus qu’à laisser prendre le glaçage.

Avertissement : Ce gâteau ne fera pas long feu dans votre cuisine.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.